Sommet Social – 5 octobre 2016 : intervention de Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région Bruxelles-Capitale

Sommet Social – 5 octobre 2016 :
intervention de Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région Bruxelles-Capitale

Chers collègues,

Chers membres du Conseil Economique et Social,

 

C’est avec un plaisir renouvelé chaque année depuis mon arrivée au Gouvernement que je vous retrouve en cette rentrée parlementaire. Comme nous l’avons convenu, la récurrence de nos rendez-vous répondra à cette nécessité que vous et nous avons conçue dans l’élaboration de la Stratégie 2025 de suivre et évaluer de manière continue les objectifs que nous nous sommes assignés.

Le CBCES et le CBCES élargi de juin dernier a permis de mettre en lumière les nombreuses avancées parcourues durant la première année de mise en œuvre de la Stratégie 2025.

Dès la fin de l’été, les Comités de Pilotage des 18 objectifs se sont ensuite réunis en vue de préparer ce Sommet Social. Les priorités de l’année ont ainsi été identifiées, conformément à la méthodologie approuvée dans ce plan d’action pluriannuel. Comme vous le savez, ces Comités sont composés d’un ou plusieurs membres du Gouvernement, soutenus par les administrations et services concernés, et une délégation du Conseil Economique et Social. Il nous appartiendra d’assurer que cette dynamique se maintienne et que nous posions ensemble les conditions de la continuité de ce travail pour les 9 années à venir !

Le résultat de ce travail de « priorisation » fait l’objet d’un tableau reprenant 86 priorités que nous nous engageons à réaliser cette année.

L’effort est conséquent puisque l’enveloppe de mise en œuvre de ces 86 priorités est estimée à 61 millions d’euros.

Parmi les nombreuses priorités de cette année, relevons celle relatives à l’objectif de soutien aux secteurs porteurs d’emploi pour les bruxellois. Ce dernier objectif est emblématique de notre volonté commune à tous d’œuvrer, à partir de notre fonction, à l’essor économique, et donc social, de notre Région. Concertés avec les partenaires sociaux, les 8 domaines d’activité retenus proposent une gamme diversifiée et en constante évolution de métiers, qui sont autant d’opportunités pour les travailleurs Bruxellois.

Au niveau des métiers porteurs d’emploi de qualité pour les Bruxellois, nous retrouvons les métiers industriels. A cet égard, l’actualité nous rappelle que la Région est confrontée, depuis de nombreuses années, à une désindustrialisation sévère de son tissu économique. Confrontées à un manque de terrains industriels disponibles, aux contraintes d’exploitation importantes qu’impose tout espace urbain, ainsi qu’à des difficultés d’accès croissantes pour leurs travailleurs et pour le transport de leurs marchandises, de nombreuses industries ont fait le choix de la délocalisation et ont d’ores et déjà quitté la région bruxelloise. L’emploi industriel doit donc être placé sous haute protection.

A cette fin, un plan industriel bruxellois sera élaboré en collaboration avec les interlocuteurs sociaux.

Dans le cadre du soutien à l’économie dans les métiers porteurs d’emplois de qualité, relevons également notre volonté d’ouvrir le nouveau siège de MAD. Véritable centre dédié aux métiers créatifs de la Mode et du Design.

Un autre objectif fondamental est le dispositif de Garantie pour la jeunes, lequel compte une trentaine de mesures réparties au sein de 6 axes thématiques et un axe transversal de coordination générale par moi-même, en collaboration avec le Ministre de l’emploi, afin de fédérer les acteurs autour d’un seul et même intérêt : celui des jeunes et de leur intégration durable sur le marché de l’emploi.

Toutes les mesures concourent à la lutte contre le non-emploi des jeunes et/ou à l’augmentation du niveau global de compétences des jeunes Bruxellois de 15 à moins de 25 ans. Un enjeu essentiel pour l’avenir de Bruxelles !

Nous poursuivrons le déploiement de plateformes locales d’informations au sein des communes bruxelloises afin d’encourager les partenariats locaux et l’accrochage des jeunes pour les aider à élaborer petit-à-petit un projet professionnel.

Un autre objectif dont j’assure le pilotage direct est le programme Bruxellois pour l’Enseignement. Les priorités de ce programme sont nombreuses. Notons en premier lieu la mise en place des « Contrats Ecoles ». Sur le modèle des Contrat de Quartier, ce projet veut renforcer l’attractivité des écoles bruxelloises en déficit de fréquentation, en travaillant sur l’ensemble des leviers régionaux existants et en collaboration avec les communes afin d’investir aux alentours des établissement (mobilité, espaces verts, éclairage public, équipement…) Nous démarrons avec un projet pilote, qui s’il est couronné de succès, se prolongera par un appel à projet.

Les bâtiments scolaires souffrent d’un manque de rénovation. C’est pourquoi nous lancerons un plan de financement de rénovation des écoles via les différents leviers existants afin d’améliorer la qualité des bâtiments et des équipements collectifs des écoles bruxelloises. Ce « plan de rénovation » sera également soutenu par la mise en place d’une structure chargée de réaliser les petits travaux de rénovations dans les écoles.

Enfin, nous tenterons également d’augmenter le nombre de classes primaires en immersion à Bruxelles, en identifiant les obstacles et les incitants à l’augmentation de ce mode d’apprentissage.

 

Voilà donc le programme chargé de cette deuxième année de mise en œuvre de la Stratégie 2025.

Les temps sont compliqués pour beaucoup de travailleurs. Dans le cadre de l’actualité troublée en la matière, nous nous devons de poursuivre et d’intensifier notre collaboration entre autorités publiques, entre interlocuteurs sociaux afin de proposer des pistes de solutions, porteuses d’avenir. Certes, ce n’est pas toujours un long fleuve tranquille : on se dit que l’on va se réunir pour s’informer mutuellement et concerter l’ensemble des acteurs avant de décider et puis, parfois, on ne prend pas ce temps.  Nous tâcherons de faire mieux cette année !

 

Rendez-vous est d’ores et déjà pris en juin, pour faire le bilan de cette année. Je réunirai en effet à ce moment le CBCES et le CBCES élargi avec les partenaires des communautés, et ce afin de garder intacte l’excellente collaboration qui a prévalu dès le début des travaux de la Stratégie.

 

Rudi Vervoort

Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale